Un gangster à Oyem

Un gangster à Oyem

Par Rodrigue Ndong

Publié le 25/10/12
Collection Classique
Se rendre à Oyem. Loger chez Patrice. Y attendre le correspondant. Récupérer le colis. Revenir à Libreville. Ainsi se déclinaient les termes du contrat. Mais voilà, à Oyem, les choses n’étaient pas aussi simples.
Entre Yolanda, Nina-Ingrid, les chimistes, Caroline, monsieur l’abbé et les autres, qui hantent tour à tour ou simultanément l’appartement de Patrice, on est à découvert. Et on le sait tous, quand tu es invité à la fête des hiboux, il faut chanter comme un hibou, quitte à côtoyer des gangsters qui se baladent avec des glacières remplies de chair humaine et à voir mourir les gens qu’on commençait à aimer.
Aussi, par temps de crise, que ne ferait-on pas pour avoir un boulot, qui plus est bien payé ? On se le demande encore…