Vite, nous allons rater le petit train !

Vite, nous allons rater le petit train !

Par Serge Bassenko

Publié le 13/07/12
Classique
Vacances provinciales dans la douce France de 1959.
Les héros en sont huit camarades de classe de troisième, qui passent leurs vacances d’été dans leur petite ville, où campagne et artisanat se mêlent. Des jeunes gens à l’esprit sensé et pratique, dont la fougue n’empêche pas les inquiétudes sur leur avenir et le monde des adultes qui les attend.
Pour ne citer que deux exemples, le petit groupe, convaincu qu’une histoire sans méchant est parfaitement capable de plaire, se démène pour monter un tendre spectacle de marionnettes pour des bambins gardés par une tante. Il se préoccupe aussi des études d’une de leurs camarades, fort douée, mais qui abandonnera l’école pour préserver sa vie personnelle.
Les rapports sont orchestrés par « les jumeaux », un garçon et une fille presque du même âge, toujours fourrés ensemble depuis la petite enfance, et organisant déjà leur vie l’un avec l’autre. La poésie voile avec douceur la cabane qu’ils se sont construite près de la rivière, la petite grenouille verte qui vient leur rendre visite et le wagon merveilleux où ils font leurs plus beaux voyages.
Voici la vie que l’on vit généralement sans s’en rendre compte, et que l’on découvre soudain vraie et pleine. Un réalisme aigu, une fraîcheur amusée et finalement la foi dans l’homme sont les principales ressources du récit.